Wilfrid Lupano, un scénariste drôlement engagé

Depuis son apparition dans le paysage de la bande dessinée, au début des années 2000, Wilfrid Lupano n’a cessé d’affirmer son talent éclectique de raconteur d’histoires...

Par l'équipe Dargaud

Lupano (Wilfrid )

Table des matières

À l’aise dans les registres les plus variés, de l’humour à la parodie et du fantastique au polar, le co-auteur des Vieux Fourneaux a donné un supplément d’âme à ses scénarios en exprimant ses convictions et en transmettant sa vision du monde à ses lecteurs.

Portrait d’un scénariste aussi drôle que drôlement engagé !

Avant, il y avait les Pieds Nickelés. Aujourd’hui, il y a les Vieux Fourneaux. Leur point commun ? Ils fonctionnent en trio.

Leur différence ? Les premiers, escrocs sympathiques et losers magnifiques, ne pensent qu’à leur pomme et à gagner de l’argent, sans se montrer trop regardants sur les moyens.

Les seconds, de joyeux activistes qui s’efforcent de rester fidèles à leurs convictions de toujours, pensent avant tout aux autres. Aux exclus de la société libérale, aux victimes du capitalisme prédateur, à tous les cabossés de l’existence qui ont roulé leur bosse sans jamais amasser de mousse. À leurs yeux, l’argent n’est pas une valeur. Leur dicton résume leur vision de la vie : « Il n’y a pas d’âge pour faire chier le monde ! ». Car les Vieux Fourneaux ne sont pas de première jeunesse.

Antoine, Mimile et Pierrot tutoient allègrement les 70 balais, voire plus si affinités. Ce qui ne les empêche pas de partir en guerre contre les injustices, l’exploitation des faibles et les saloperies en tout genre dont l’époque est friande.

On l’aura compris : Les Vieux Fourneaux, la bande dessinée dont ils sont les héros (même si le mot « héros » les ferait sans doute bien rigoler), est une série engagée, et ce n’est pas un gros mot. Tout ça, ce n’est pas la faute à Voltaire, pour une fois. C’est plutôt la faute à Lupano, Wilfrid de son prénom (et à Paul Cauuet, son complice dessinateur).

Les Vieux Fourneaux

Un type dangereux, ce Lupano. Pensez donc : il a la prétention de vouloir faire passer des idées dans ses bandes dessinées ! On ne serait pas étonné d’apprendre qu’il est fiché « S ». Il faudrait même inventer un fichier spécial rien que pour lui : le fichier « S.S.S. », comme « Scénariste Séditieux Sympathique ». Et le pire, c’est qu’il n’en est pas à son coup d’essai.

Back to top

De la philo au scénario

WIlfrid Lupano

Une rapide enquête de personnalité nous apprend que l’individu en question est né à Nantes en 1971, qu’il a vécu à Toulouse mais qu’il a passé la majeure partie de sa vie à Pau, où il réside toujours.

Et qu’il a étudié la philosophie à la Sorbonne tout en travaillant dans des bars pour financer ses études, ce qui le rend éminemment dangereux. Pas tant à cause de la fréquentation de ces lieux de perdition que sont les bars, qu’à cause de la philosophie.

La « philo », il n’y a rien de tel pour donner envie de réfléchir. Surtout quand on écrit des histoires. Et des histoires, Wilfrid Lupano en a imaginé un paquet depuis 2001, année de parution de son premier album, dont plusieurs ont été récompensées par des prix. On ne dressera pas ici la liste de ses méfaits – pardon, de ses séries et albums publiés.

Certains annoncent la couleur, ou plutôt la personnalité du scénariste. Le fait qu’il se soit intéressé au « Che » (L’homme qui tua Che Guevara) ou au rôle des femmes durant la Commune de Paris (Communardes !) en dit long sur ses convictions politiques.

Les ouvrages de Wilfrid Lupano - © Delcourt © Vents d'Ouest

Des convictions qu’il traduit en actes : il est l’un des cofondateurs de The Ink Link, une association de dessinateurs et de scénaristes de bande dessinée qui proposent leurs compétences à des organisations non gouvernementales.

Back to top

L’humour, toujours (mais pas seulement)

Pour autant, il ne faudrait pas s’imaginer que Wilfrid Lupano, au moment de traduire son engagement personnel sous forme de scénarios, donne dans le militantisme forcené. Il sait qu’il risquerait de ne convaincre que les convaincus et de rebuter la majorité des lecteurs.

Les Vieux Fourneaux 6 - Loopsider

Il préfère utiliser un argument imparable, l’humour, qu’il manie à merveille dans Les Vieux Fourneaux. Chez lui, la fantaisie et le joyeux délire sont comme une seconde nature.

En témoigne la série Le Loup en slip, censée s’adresser aux enfants. Et dont le slogan pourrait être : « Ce n’est pas parce que l’on parle à un jeune lectorat qu’il faut s’interdire les thèmes sérieux, non mais ! »

Comme les excès de la consommation, par exemple. Ou encore les questions d’identité, la peur de l’autre ou, comme dans le dernier tome, les OGM et l’exploitation des agriculteurs. Goscinny et Uderzo l’avaient bien montré avec leur Astérix : puisqu’il est possible de raconter une histoire avec différents niveaux de lecture, autant en profiter.

valerian-vu-par

Dans un registre différent, sa vision décalée de Valérian, le personnage créé par Pierre Christin et Jean-Claude Mézières, qu’il met en scène avec Mathieu Lauffray dans Shingouzlooz inc., confronte l’agent spatio-temporel à une interrogation cruciale : quelle sera la valeur de ses points-retraite ?

La question est pertinente, car le Superintendant de Galaxity s’est laissé aller à des placements hasardeux avec l’argent de la caisse-retraite des employés du service spatio-temporel… Ou comment glisser, mine de rien et avec le sourire, un sujet d’actualité dans une bande dessinée destinée au divertissement.

Dans Un océan d’amour, le scénariste parle de la pollution plastique et du risque d’extinction des espèces, sans tomber dans le piège du discours militant dogmatique.

Les ouvrages de Wilfrid Lupano - © Delcourt

L’Homme qui n’aimait pas les armes à feu aborde, sous couvert de western, le sujet épineux du port d’armes aux Etats-Unis. Lupano, qui n’est pas du genre à raconter n’importe quoi à ses lecteurs, a pris soin de se renseigner sur le fameux deuxième amendement de la Constitution américaine, objet de nombreuses controverses. L’album évoque aussi l’esclavage et les Amérindiens, tandis que Le Singe de Hartlepool s’intéresse avec malice au nationalisme et au racisme.

Back to top

Sur les traces de l’Histoire oubliée

Le racisme, justement. Un thème auquel Wilfrid Lupano s’est toujours montré sensible et dont il fait le sujet central de Blanc autour.

blanc-autour

Dans cet album, dont l’action se situe dans les Etats-Unis de la première moitié du XIXe siècle, le scénariste a mis en scène le courage des jeunes afro-américaines qui fréquentaient les établissements scolaires durant la période de l’esclavage.

Fidèle à sa volonté de se documenter, il n’a pas hésité à se rendre à Canterbury, la petite ville du Connecticut qui héberge le musée Prudence Crandall, du nom de cette institutrice américaine qui avait ouvert une école pour les jeunes afro-américaines en 1833 et qui est l’un des personnages phares de Blanc autour.

Alors que certains cherchent aujourd’hui à falsifier l’histoire et à la détourner au service d’une politique d’exclusion, Lupano n’hésite pas à remettre les pendules idéologiques à l’heure.

la-bibliomule-de-cordoue

La Bibliomule de Cordoue, une fable épique et historique publiée, est une ode au savoir et à la culture. Lupano y lance quelques clins d’œil à notre époque contemporaine, évoquant notamment l’éternel conflit entre le pouvoir et la liberté.

L’argument de l’album est a priori cocasse. Au Xe siècle, dans le califat de Cordoue, un esclave eunuque, chargé de veiller sur la bibliothèque de la ville, entasse sur une mule le plus de livres possible afin de les sauver d’un autodafé organisé par les religieux, avant de se lancer dans une sorte de road movie en compagnie d’une jeune copiste et du propriétaire de la mule. En réalité, au-delà de la fable, Lupano rend hommage à la grandeur de la culture musulmane. Et il pose la question : comment se fait-il qu’on ne lui ait jamais parlé, durant toute sa scolarité, du rayonnement intellectuel de cette civilisation, à l’origine de nombreuses inventions ?

Back to top

And the winner is… Wilfrid Lupano !

La liberté, parlons-en. Pour Lupano, ce n’est pas un vain mot. Et il tient par-dessus tout à préserver la sienne. C’est pour cette raison qu’il n’a pas accepté, en 2019, la médaille de Chevalier des Arts et Lettres que souhaitait lui attribuer le ministre de la Culture d’Emmanuel Macron. Motif invoqué : le refus d’être distingué par un gouvernement qui, avait-il déclaré, « me fait honte ». Après tout, longtemps avant lui, Jean-Paul Sartre avait refusé, en 1964, le prix Nobel de littérature. Wilfrid peut donc se dire qu’il est en bonne compagnie.

Extrait des Vieux Fourneaux

Et qu’on n’aille pas lui reprocher de jouer les divas et de dédaigner les honneurs, car dans le cadre du festival BD-Boum 2021 à Blois, il vient de se voir décerner le prix Jacques-Lob qui récompense les scénaristes. Quant au Nobel, on en reparlera d’ici quelques années, peut-être…

Back to top

À lire sur le sujet

Nos vidéos

Interviews, immersions, coups de coeur... le meilleur de bande dessinée en vidéo !

on reste en contact ?

* Ces champs sont obligatoires.
Notre Charte de protection des données personnelles est disponible ici.
coccinelle_newsletter

S'abonner à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter Dargaud pour recevoir toutes les actualités liées à la bande dessinée !

* Ces champs sont obligatoires.
Notre Charte de protection des données personnelles est disponible ici.

Trouver une librairie

J'y vais !
Retour en haut