Jean-David Morvan raconte son voyage à Tokyo

Par l'équipe Dargaud

Morvan : impressions de Tokyo.



Un jour, Jean-Jacques Rousseau m'a dit que l'important dans un voyage, ce n'était pas la destination, mais le voyage en lui-même. C'est pour ça qu'il aimait marcher.Enfin, il ne me l'a pas vraiment dit à moi, mais à une prof de français qui me l'a répétée. C'est vrai qu'elle faisait pas toute jeune, mais passons…



Aller au Japon à pied, c'est faisable. Mais j'ai peur de prendre un peu de tempos dans mon travail si je me lance dans cette aventure. Pour autant, une fois sur place, on voyage encore. On prend bien un peu le J.R. (métro public) et le métro, mais même là, on voyage à la Rousseau. Parce qu'on découvre les gens et leurs habitudes.



L'exemple type, c'est mon voyage de retour, celui qui me mena de Nakano où je logeais, à Narita, où logent les avions.



J'avais passé la nuit à préparer des cartons de mangas que a poste allait me faire parvenir en France, en entendant le bruit du vent percuter les baies vitrées de l'appartement de Shiyori et Thibaud. Je me disais que ça soufflait fort mais bon, j'avais autre chose à faire que d'y penser.Après un petit dodo, il était 7 heures du matin, et en mettant les pieds dans la rue, il n'y en avait plus !! Tout était recouvert de vertes feuilles qui, la veille encore, étaient accrochées au branches des arbres jouxtant la route.C'était tellement joli que je n'imaginais pas une seule seconde que ce puisse être un mauvais présage.



Je m'en rendis compte 3 stations plus loin, quand à la gare de Shinjuku, un gentil ouvrier casqué m'annonça avec les mains qu'il n'y aurait pas de train "narita express" dans lequel j'avais une place réservée. Il me fallut donc improviser, avec le soulagement de désormais connaître un peu la ville.



J'attendis donc une rame de la Chuo line capable en théorie de m'amener, au bout de 29 arrêts à Chiba, afin que je puisse prendre une correspondance sur la Sobu Line qui mène à l'aéroport. Je vous laisse regarder sur le plan si vraiment ça vous amuse.



Mon plan paraissait sans faille, sauf que plus nous approchions de Chiba, plus le train s'arrêtait longtemps dans les gares. J'avais de la marge niveau temps, mais quand même j'étais un rien inquiet. Il y avait des annonces que bien sûr je ne comprenais pas, et j'étais obligé de scruter les attitudes des gens pour en déduire si c'était une bonne ou une mauvaise nouvelle qui venait d'être annoncée.



Quand soudain, juste avant d'arriver à Chiba, notre rame s'arrêta. Sur les voies, comme ça, sans crier gare. 5, 10, 15 minutes sans bouger. La chaleur montait, tout le monde suait. 20 minutes, et malgré les annonces impossible de lire sur les visages si nous allions redémarrer. Au bout de 25 minutes enfin, nous repartimes et arrivâmes à Chiba le promise.



J'étais content, sauf que c'est là que j'appris qu'il n'y avait aucun tarin pour l'aéroport.Ça commençait à devenir urgent, côté horaires.



Je décidais donc de sortir chercher un taxi. En courant avec la grosse valise achetée à Hong-Kong qui partait en morceaux, je dus doubler tout les gens qui voulaient se faire rembourser leurs billets. En suivant les logos taxis, je montais un escalator, en descendait un autre, en remontait un troisième avant d'enfin tomber sur une station. Une porte arrière s'ouvrit exprès pour moi et je pris le plus cher taxi de mon existence. 120 euros pour 35 bornes, et même pas en limousine…



Dans le hall d'attente, j'ai découvert sur les écrans télé qu'un typhon (vents à 140 kmh) avait traversé la capitale sans prévenir. Il avait même renversé un tanker sur les côtes. À côté, mes petits problèmes de métro, c'était pas grand chose.



Enfin, j'ai eu mon avion, et à partir de là, tout s'est bien passé. La preuve, je suis devant mon clavier en train de remercier Rousseau de ses bons conseils.



Bien sûr, j'aurais pu parler de BD, mais il n'y a plein d'autres articles sur ce sujet dans la Lettre.



Jean David Morvan

À lire sur le sujet

Nos vidéos

Interviews, immersions, coups de coeur... le meilleur de bande dessinée en vidéo !

on reste en contact ?

* Ces champs sont obligatoires.
coccinelle_newsletter

S'abonner à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter Dargaud pour recevoir toutes les actualités liées à la bande dessinée !

* Ces champs sont obligatoires.

Trouver une librairie

J'y vais !
Retour en haut