Bignon

Bignon

Dessin - Couleurs

Alain Bignon est né le 19 mai 1947 à Saintes.

De formation ingénieur, c'est dans le secteur de la radiologie qu'il exerce au sein du bureau d'étude puis du service de recherches ses activités de salarié.

Parallèlement, il mène plusieurs activités artistiques notamment pour la publicité. C'est sur les conseils de Pichard et de Jacques Lob qu'il présente ses premières BD et publie ses premières planches à L'Écho des Savanes.

C'est en 1980 qu'il débute au journal Pilote alors dirigé par Guy Vidal. En collaboration avec celui-ci pour les textes, il signe les dessins d'Une éducation algérienne, Plus con on tue, Un malaise passager, Tout le monde aime le printemps, Adieu à la Pennsylvanie.

Les quatre premiers titres ont été compilés chez les Humanoïdes Associés sous le titre de Passé simple en 1993.

En 1985, il crée sa propre agence de communication visuelle où l'informatique tient un grand rôle. En 1987, il signe en solo chez Dargaud Le Parfum des choses. En 1992, toujours en solo, mais chez Delcourt, Rock star sur aquarelle.

Les années 90 verront plusieurs participations à des collectifs chez différents éditeurs : Vent d'Ouest : Brassens 56-62 ; Humanoïdes : Dessous fripon (avec Guy Vidal) ; Ikusager (Espagne) Los Derechos del Nino...

En 1996, c'est chez Dargaud, et en collaboration avec Jean-Claude Forest pour les textes, qu'il présente Il faut le croire pour le voir.

Dans les années 2000 paraissent plusieurs récits complets chez Dargaud en collaboration avec Rodolphe, comme la série de trois tomes La Voix des anges (2002-2005). Il avait déjà travaillé avec Rodolphe sur Les 4 morts de Betty Page, paru en 1999 chez P&T Production.

Alain Bignon nous a quitté le 16 octobre 2003.

Albums chez Dargaud

Actualité

on reste en contact ?

* Ces champs sont obligatoires.
coccinelle_newsletter

S'abonner à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter Dargaud pour recevoir toutes les actualités liées à la bande dessinée !

* Ces champs sont obligatoires.

Trouver une librairie

J'y vais !
Retour en haut