Renée Stone : une aventurière en Abyssinie

Partez en voyage avec Renée Stone, la nouvelle héroïne des auteurs de Pablo, aux airs d'Agatha Christie et d'Indiana Jones !

Par l'équipe Dargaud

Table des matières

Renée Stone est romancière. John Malowan est archéologue.

Octobre 1930. Ils auraient dû assister, comme de polis invités, au couronnement de l’empereur Haïlé Sélassié Ier puis sagement rentrer chez eux…
Sauf que le destin, en la personne d’une vieille mélomane, va les entraîner dans une grande aventure, d’Addis-Abeda à Harar, jusqu’à de mystérieuses églises enterrées.

Partons en voyage sur les traces des personnages, lieux et trésors de la nouvelle série de Julie Birmant et Clément Oubrerie...

Back to top

Des personnages inspirés de l'Histoire

« C’est la lecture de l’autobiographie d’Agatha Christie "La Romancière et l’archéologue", concomitante à la découverte (tardive) des chefs-d’oeuvre assyriens du Louvre, qui nous a donné envie de créer cette série. » Julie Birmant et Clément Oubrerie

D’Agatha Christie à Renée Stone

Comme Renée, son avatar de fiction, Agatha est une anglaise de bonne famille. Elle s'est mise à l’écriture presque par hasard, après avoir renoncé à une carrière de chanteuse lyrique. Ses romans policiers – elle invente Hercule Poirot dès son premier livre – rencontrent immédiatement un immense succès. Lorsqu’elle découvre que son mari la quitte pour une autre femme, elle s'enfuit de chez elle. Aussitôt, célébrité oblige, Scotland Yard est à ses trousses : sa disparition fait la Une des journaux… Star malgré elle, elle devient victime des tabloïds. Elle décide alors de s’éloigner du Royaume-Uni pour fuir les journalistes, met sa fille Rosalind en pension et part pour l’Irak. C'est là qu'elle rencontre son futur nouvel époux, l’archéologue Max Mallowan. Dès lors, elle passera sa vie entre l'Orient et l'Angleterre avec lui.

John Malowan

Inspiré de Max Mallowan, John est un archéologue spécialiste en écriture cunéiforme - un épigraphiste. Il a aussi des liens avec l'Irak et l'Éthiopie par son grand-père, un certain Hormuzd Rassam. Et c'est ce grand-père (ou plutôt la tablette assyrienne que celui-ci a laissée en Éthiopie) qui va attirer John en Irak, à la recherche d'un trésor enseveli sous les sables.

De Wilfred Thesiger à Alfred Theziger

Renée Stone : une aventurière en Abyssinie
(© Dargaud)

Wilfred Thesiger (1910-2003) est un aventurier né en Éthiopie où son père était ambassadeur. Après des études en Angleterre, il retourne dans son pays de naissance pour assister au couronnement de l'empereur Hailé Sélassié, un ami de sa famille.
Dans Les Aventures de Renée Stone, cet explorateur a inspiré le personnage Alfred Theziger !

Hailé Sélassié, l’empereur

Tafari Makonnen (1892-1975), de son nom de règne Hailé Sélassié, fut à la tête de l’Éthiopie pendant plus de cinquante ans, d'abord comme régent, puis en tant qu'empereur (avec une éclipse durant l'occupation fasciste italienne de 1936 à 1941). Il est de si petite taille que des coussins doivent être mis sous ses pieds lorsqu'il trône.
L’empereur Hailé Sélassié fut un réformateur et un défenseur des mouvements de libération nationale, vénéré de son vivant puis relégué aux oubliettes par les despotes qui lui succédèrent.
Bob Marley et les rastafariens l'ont reconnu comme « l'élu de Dieu » et, de ce fait, immortalisé. Le mot « Rastafari » vient d'ailleurs du prénom de l'empereur, Tafari, et de son titre de Ras (Duc) qu'il portait avant son couronnement.

D’Hercule Poirot à Graham Gray

Dans les albums de Renée Stone, le personnage Graham Gray s’inspire de plusieurs écrivains ayant bien existé : Evelyn Waugh, écrivain britannique au style sarcastique qui voyagea à Addis-Abeba à l’époque du couronnement d’Hailé Sélassié Ier ; Graham Greene, également auteur britannique (Le Troisième homme, 1949) ; et Peter Ustinov (pour son physique !), écrivain et comédien naturalisé britannique qui joua entre autres le personnage d’Hercule Poirot à six reprises (Mort sur le Nil, Meurtre au soleil, Le Couteau sur la nuque…) !

De Henry de Monfried à Henry de Frick

Fils d'un peintre ami de Gauguin, Henry de Monfried s’enferme dans un quotidien infernal et aliénant (deux enfants, une mégère, un commerce terriblement dur), jusqu'à ce qu’il contracte une fièvre ovine qui manque de le tuer. Il décide alors de s'enfuir à Djibouti où il devient un temps négociant de cuirs et peaux, puis rapidement contrebandier d'armes. Excellent marin, en rupture avec les colons qu'il méprise, il se convertit à la religion musulmane et vit pieds nus et enturbanné sur ses bateaux, des boutres traditionnels. La femme qu'il aime, Armgart, le rejoint et élève leurs quatre enfants, à Obock, dans le golf de Tadjoura.
En 1930, encouragé par Kessel, Monfreid se met à écrire. Ses Secrets de la mer Rouge sont un chef d'œuvre vécu. Il a inspiré le personnage Henry de Frick aux auteurs Julie Birmant et Clément Oubrerie.

Back to top

Les lieux de l’Abyssinie

Renée Stone : une aventurière en Abyssinie
(© Dargaud)

Renée Stone, notre Indiana Jones au féminin, nous plonge dans l’univers mystérieux, fascinant et dangereux de l’Afrique du XXe siècle. L’Abyssinie en 1930 est un pays gigantesque, somptueux et contrasté qui correspond à l'Éthiopie que nous connaissons aujourd'hui. Addis Abeba est le point de départ de l'aventure.

Harar (ou Harrar)

Renée Stone : une aventurière en Abyssinie
(© Dargaud)

Harar est une forteresse musulmane située le long de la vallée du Rift, enclavée dans l’est de l’Éthiopie, région très chrétienne du pays. En France, elle fut rendue célèbre par Rimbaud qui y vécut dix ans.
Malgré de nombreuses rebellions contre les empereurs chrétiens, Harar est à l’époque un riche carrefour commercial du pays en raison de ses plantations de café et de sa participation active à la traite d’esclaves.
La première léproserie éthiopienne a été construite près des murailles de la ville par les missionnaires capucins, sous le nom de « Saint-Antoine ». Dans Les Aventures de Renée Stone, c’est au sein de cet hospice que nous rencontrerons le personnage du Père Sorrow, ancien détenu du fort de Magdala.

Lalibela : la Jérusalem noire aux églises enterrées

Renée Stone : une aventurière en Abyssinie
(© Dargaud)

Construite par le souverain Lalibela (1181-1221) pour protéger ses sujets des dangers du pèlerinage dans un monde largement musulman, cette nouvelle Jérusalem située à 2 630 mètres d'altitude dissimule onze églises, toutes enterrées et sculptées à même la roche. Parmi elles, l’église Saint-Georges en forme de croix, dont la crypte recèle les restes du roi canonisé, sera visitée par Renée Stone et John Malowan dans le cadre de leur enquête.

Lac Tana (ou Tsana)

Renée Stone : une aventurière en Abyssinie
(© Dargaud)

Situé à une altitude moyenne de 1 800 m, le lac Tana est le plus grand d’Éthiopie. Le Nil bleu, ce cours d’eau qui formera le Nil lors de sa confluence avec le Nil Blanc au Soudan, y prend sa source. Selon le niveau de l’eau, le nombre d’îles visibles sur le lac varient, on a pu en recenser jusqu’à une quarantaine. Entre pitons rocheux et forêts tropicales, elles abritent de nombreuses espèces différentes d’animaux, d’insectes et d’oiseaux !

La vallée du Grand Rift

Renée Stone : une aventurière en Abyssinie
(© Dargaud)

La vallée du Grand Rift est constituée d’un ensemble de failles et de volcans, formés par les mouvements de deux plaques tectoniques qui s’éloignent l’une de l’autre à cet endroit du continent africain.
La partie éthiopienne, aussi appelée la vallée de l’Awash (nom du cours d’eau coulant en son sein), est connue pour être le berceau de l’humanité. Les restes fossiles de Lucy, datant de 3,18 millions d’année, y ont été découverts. La vallée a largement été explorée par des Français (notamment vers la frontière éthiopienne avec Djibouti et la côte française des Somalis) mais également par le britannique Wilfried Thesiger !
Nos héros s’y rendront à bord de leur voiture traction Citroën.

Madgala

Renée Stone : une aventurière en Abyssinie
(© Dargaud)

En 1868, dans ce contrefort rocheux, l’empereur Theodoros prit en otage 11 missionnaires anglais, ainsi que l’ambassadeur britannique d’origine irakienne, Hormuzd Rassam, venu négocier leur libération au nom de la reine Victoria.

Back to top

Le fabuleux monde assyrien

La bibliothèque d’Assurbanipal

Renée Stone : une aventurière en Abyssinie
(© Dargaud)

En Assyrie antique (l’Irak moderne), le Roi Assurbanipal (668-627), plus intéressé par les lettres que par la guerre, regroupe dans son palais la quasi-totalité de la production littéraire et scientifique existant dans son pays à l’époque. Cette bibliothèque contient une collection impressionnante de vingt-cinq mille tablettes d’argile.

La tablette au trésor

Renée Stone : une aventurière en Abyssinie
(© Dargaud)

Censée conférer un pouvoir d'invincibilité, selon une légende lancée par Rassam, cette tablette mythique a été brisée par le roi Théodore le jour de sa défaite contre les Anglais. L'abouna de Lalibela (patriarche de l'Église orthodoxe orientale d'Éthiopie) veille sur ses morceaux raboutés dans la crypte de l'église Saint-Georges. Seuls l'empereur, les prêtres et les descendants mâles de Rassam ont le droit de consulter cette relique qui symbolise l'unité du pays. Dans les albums, cette tablette signée Assurbanipal semble indiquer l'emplacement du trésor du roi…

Les deux premières Aventures de Renée Stone, Meurtre en Abissynie et Le piège de la Mer Rouge sont disponibles en librairie.


une-aventure-de-renee-stone-tome-1-meurtre-en-abyssinie



On vous offre les premières pages


une-aventure-de-renee-stone-tome-2-le-piege-de-la-mer-rouge

Bonne lecture !

Back to top

À lire sur le sujet

Nos vidéos

Interviews, immersions, coups de coeur... le meilleur de bande dessinée en vidéo !

on reste en contact ?

* Ces champs sont obligatoires.
coccinelle_newsletter

S'abonner à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter Dargaud pour recevoir toutes les actualités liées à la bande dessinée !

* Ces champs sont obligatoires.

Trouver une librairie

J'y vais !
Retour en haut