La rentrée des romans graphiques : Gentlemind

New York City, années 1940 : la folle aventure d’une danseuse de cabaret devenue patronne de presse, coécrite par le scénariste de Blacksad.

Par l'équipe Dargaud

Gentlemind

Elle, c’est Navit. Lui, c’est Arch.

Elle est danseuse de revue, il est cartoonist.

Gentlemind

Dans le New York des années 1940, ils s’aiment, mais leur histoire va bientôt s’achever.

Navit va devenir la favorite du magnat Horace Powell, puis sa seconde épouse, et enfin son héritière... contestée.

Dans cet héritage, il y a Gentlemind, un magazine masculin en quasi-faillite. Dans cet univers macho et très « vieux garçon », Navit va faire merveille.

Gentlemind

Avec flair et autorité, la femme-objet va se muer en business woman redoutable.

Extrait de Gentlemind

Entre l’ambiance vintage qu’affectionne Juan Díaz Canales (Blacksad), le trait fifties d’Antonio Lapone et la touche féminine (et féministe) de la coscénariste Teresa Valero : Gentlemind est un parfait cocktail de grâce et de dureté.

Ce portrait de femme dans un monde d’hommes offre différents plaisirs de lecture, d’une success story à l’américaine à une histoire d'amour contrarié. Le dessin enjoué de Lapone entraîne le lecteur dans tourbillon, qui correspond à l’effervescence de l’époque. Beau et touchant - Ouest France

Un récit profondément touchant, sur trois décennies, du rêve américain au féminin à retrouver en librairie. Découvrez avec nous les premières pages :

À lire sur le sujet

Nos vidéos

Interviews, immersions, coups de coeur... le meilleur de bande dessinée en vidéo !

on reste en contact ?

* Ces champs sont obligatoires.
coccinelle_newsletter

S'abonner à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter Dargaud pour recevoir toutes les actualités liées à la bande dessinée !

* Ces champs sont obligatoires.

Trouver une librairie

J'y vais !
Retour en haut