INTERVIEW : NeoForest, une fable post-apocalyptique par Fred Duval

Un récit haletant entre complots, trahisons, quête de pouvoir et voyage initiatique. Interview du scénariste !

Par l'équipe Dargaud

NeoForest

Table des matières

Après Renaissance, la nouvelle grande série post-apocalyptique de Fred Duval : une réflexion autour de la génétique humaine et animale, mais aussi sur le progrès et ses limites, et la place du contrôle et de la technologie dans nos sociétés.

NeoForest est bâti comme une fable post-apocalytique

Fred Duval

40 série(s) en cours : de Carmen Mc Callum (en 1995), à NeoForest, le prolifique Fred Duval nous entraîne donc pour la 40e fois dans un univers de son cru. Univers qu’il aime souvent à teinter de science-fiction, d’emprunts à la littérature « de genre », de western et de fiction historique…

Autant d’ingrédients que l’on retrouve, par petites touches ou de façon plus prononcée, dans ce NeoForest, sorte de fable post-apocalyptique et médiéval-futuriste, au pouvoir d’évocation irrésistible. Fred Duval nous en raconte la genèse.

Back to top

NeoForest, un monde post-apocalyptique

Plusieurs siècles après l’effondrement des anciennes civilisations, un nouveau monde est né, qualifié de « néoféodal ». Les famines ont été éradiquées et les cultures transgéniques se sont multipliées. Aux confins de la grande forêt de l’ancienne France, le comte Cocto dirige un petit royaume autonome.

Contraint de subir une intervention chirurgicale, il souhaite que sa fille, Blanche, le remplace durant quelques jours. Mais cette jeune femme au tempérament rebelle, partie en excursion dans NeoForest, la Grande Forêt centrale, reste introuvable. Le comte doit se résoudre, à contrecœur, à confier le pouvoir à son frère, tout en chargeant Paul Greem, ancien garde forestier et opposant politique, de retrouver Blanche. Cocto ignore qu’elle court un grave danger, tout comme son royaume…

Extrait de Neoforest de Fred Duval et Phiippe Scoffoni

Scénariste à succès de la série Renaissance, Fred Duval se lance avec NeoForest dans un diptyque post-apocalyptique qui brasse plusieurs thèmes contemporains. Il met en scène un monde futur dans lequel les habitants vivent sous contrôle permanent et appartiennent à leur souverain, le comte Cocto, comme en écho au roman d’Alain Damasio, Les Furtifs.

Extrait de Neoforest de Fred Duval et Phiippe Scoffoni

Mais il est aussi question de préoccupations en résonance avec les interrogations à l’œuvre dans notre société, de l’écologie à la génétique et de la quête d’identité à l’alimentation, sans oublier la lutte pour le pouvoir.

Le dessinateur, Philippe Scoffoni, excelle autant dans la représentation réaliste des personnages que dans la mise en scène d’un univers végétal à la fois attirant et inquiétant, rehaussé d’une palette de couleurs à dominante de tons verts et bruns qui convient parfaitement au cadre du récit.

Back to top

Interview du scénariste Fred Duval

Fred Duval retrace la genèse de NeoForest, ce récit haletant entre complots, trahisons, quête de pouvoir et voyage initiatique.

Extrait de NeoForest de Fred Duval et Phiippe Scoffoni

NeoForest, c’est votre toute première collaboration avec Philippe Scoffoni (Milo, Carthago…) : comment vous êtes-vous rencontrés ?

Avec Philippe, on avait évoqué une collaboration sur Carmen Mc Callum. Enfin, c’est surtout moi qui l’avais évoquée, lui avait très poliment décliné (rires) ! Son envie, c’est d’être impliqué dès la création d’un univers plutôt que de prendre une histoire en route. Mais tout n’était pas perdu : Philippe m’a recontacté quelque temps après pour me dire qu’il avait lu (et aimé) Renaissance, et qu’il serait partant pour qu’on imagine ensemble un nouveau projet.

Comment avez-vous procédé pour créer ce nouvel univers de fiction ?

Par un gros jeu de ping-pong, le plus intense peut-être que j’ai vécu avec un dessinateur jusqu’ici ! Je m’adapte tout le temps au dessinateur : certains demandent un scénario « complet » d’un coup, ce n’est pas mon mode opératoire préféré mais je m’y plie.

Mes recherches visuelles ont aussi permis de nourrir le scénario. Fred l'a développé en regardant ces images. Il a su trouver un rôle à des personnes dessinées librement, sans arrière-pensées. C'est la meilleure façon de faire fusionner notre travail d'imagination.

Philippe Scoffoni

Avec Philippe, et d’autres comme Fred Blanchard, que je connais depuis mes débuts, ou Emem, on est dans un échange permanent. J’ai vraiment découvert un artiste qui adore modéliser, faire des recherches de design… et qui s’est impliqué dès que j’ai eu la trame du récit.

Créer un univers imaginaire nécessite de s'ancrer à certaines références visuelles, sans les plagier. Ce temps passé en amont est nécessaire pour définir un univers cohérent, en évitant de recycler toujours les mêmes solutions graphiques. NeoForest est un univers néo-féodal, situé dans le futur.

Philippe Scoffoni

Poser les bases de cet univers aura été un process assez long, car Philippe rebondit et propose mille pistes graphiques pour suggérer, sans s’appesantir, ce qui est écrit dans le script. Ça économise des bulles, ça fluidifie la narration, et je crois qu’une foule de détails ne seront remarqués qu’à la 2e, 3e, 10e lecture ! En résumé : énorme respect du scénario, zéro lutte d’ego, que des discussions hyper-intéressantes... Qu’est-ce que c’est agréable !

Extrait de Neoforest de Fred Duval et Phiippe Scoffoni

Dans NeoForest, comme dans Renaissance d’ailleurs, il y a un propos écologiste très fort…

Clairement, il y a un cousinage entre toutes mes séries de SF, le thème de l’urgence climatique me préoccupe depuis longtemps.

Mais entre ce que j’ai écrit depuis le milieu des années 1990 et les séries d’aujourd’hui comme Renaissance et NeoForest, c’est l’époque qui a changée. Avant, je pouvais dire : « attention, ça va être un problème ». Désormais, c’est là, et la question est plutôt de savoir comment les hommes s’adaptent : au changement du climat, et à ce que ça induit dans la société.

Dans NeoForest, la réponse semble être : pas très bien !

C’est vrai, oui. On arrive dans cette France post-apocalyptique, où la Nature semble avoir repris ses droits (de façon d’ailleurs assez agressive en particulier pour la Grande Forêt …), et où les hommes ont abdiqué une bonne partie de leurs droits pour se soumettre à un régime néo-féodal.

On s’aperçoit petit à petit que la technologie n’a pas disparu (même si les « néo » chevaliers sont à dos de VTT), mais qu’elle est entre les mains d’une caste. Le Comte Cocto, seigneur de la citadelle où débute le récit, maîtrise par exemple la production de « pièces détachées humaines ».

On est en plein dans le transhumanisme, qui a été le point de départ de nos discussions avec Philippe Scoffoni… et une suite pas si farfelue de ce qu’on observe aujourd’hui avec les super-patrons (Musk, Bezos…) qui se réclament de ce courant de pensée.

Il y a énormément de pistes et d’histoires ouvertes dans ce premier tome… Quelle va être la suite ?

L’histoire sera finie en 2 tomes, avec le deuxième épisode à paraître dans un an, un an et demi peut-être.

NeoForest est bâti comme une fable, un récit initiatique avec deux personnages (Blanche, la fille du Compte Cocto et Greem, l’homme qui va partir à sa recherche) qui en sont les pivots.

Extrait de NeoForest de Fred Duval et Phiippe Scoffoni

Les séries en 20 tomes, j’en ai fait (et je ne le regrette absolument pas), mais désormais j’ai envie de me lancer dans des séries plus courtes, de papillonner… et de me laisser le temps d’avancer sur mes autres projets : avec Emem et Fred Blanchard, on réfléchit ainsi déjà à l’après-Renaissance.

Merci à Fred Duval d'avoir pris le temps de nous faire découvrir les coulisses de cette nouvelle création. Pour en savoir plus sur ce nouvel univers néo-féodal, rendez-vous en librairie, et pour patienter, découvrez dès à présent les premières planches de NeoForest :

Bonne lecture !

Back to top

À lire sur le sujet

Nos vidéos

Interviews, immersions, coups de coeur... le meilleur de bande dessinée en vidéo !

on reste en contact ?

* Ces champs sont obligatoires.
Notre Charte de protection des données personnelles est disponible ici.
coccinelle_newsletter

S'abonner à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter Dargaud pour recevoir toutes les actualités liées à la bande dessinée !

* Ces champs sont obligatoires.
Notre Charte de protection des données personnelles est disponible ici.

Trouver une librairie

J'y vais !
Retour en haut