Quand souffle le vent - one-shot

Pagination 54 pages
Format 240x320
EAN 9782505006015
Genre
  • Aventure
  • Autre regard
Public
  • Ado-adulte - à partir de 16 ans

Résumé Quand souffle le vent

Un magnifique one-shot signé par le scénariste de L'envolée sauvage et le dessinateur de FOG et du premier tome de Quintett ! Une très belle histoire sur deux époques, sur deux générations : au début du XXème siècle, dans une région minière du Nord de la France, plusieurs caravanes tsiganes font halte. A la méfiance traditionnelle inspirée par les gens du voyage s'ajoute un lourd passé, une tragique histoire qui s'est déroulée une quinzaine d'années auparavant. Et quand les mêmes personnes réapparaissent, les souvenirs se réveillent...

Pagination. 54 pages
Format. 240x320
EAN. 9782505006015

Résumé Quand souffle le vent

Un magnifique one-shot signé par le scénariste de L'envolée sauvage et le dessinateur de FOG et du premier tome de Quintett ! Une très belle histoire sur deux époques, sur deux générations : au début du XXème siècle, dans une région minière du Nord de la France, plusieurs caravanes tsiganes font halte. A la méfiance traditionnelle inspirée par les gens du voyage s'ajoute un lourd passé, une tragique histoire qui s'est déroulée une quinzaine d'années auparavant. Et quand les mêmes personnes réapparaissent, les souvenirs se réveillent...



Les actus autour de la BD Quand souffle le vent - one-shot

Interviews

Interview de Laurent Galandon et Cyril Bonin

Quand souffle le vent est un drame social, familial et romanesque qui met en scène au début du 20ème siècle, Antoine, un jeune mineur qui rêve de voyage et Kheshalya, une adolescente bohémienne à la recherche de la vérité. Ils la découvriront ensemble... Mais à quel prix ?  Extraits de l'interview donnée par les deux auteurs pour le dossier de presse et recueillie par l'équipe Dargaud.    Tout d'abord, un petit cv, votre parcours professionnel et ce qui vous fait bouger dans la vie (loisirs, lectures etc)    Laurent Galandon : J’ai été photographe sur Paris avant de diriger un cinéma d’Art et d’Essai en banlieue parisienne. Un parcours finalement toujours intimement lié aux images et à la narration. Lorsque j’écris une histoire, je projette donc assez naturellement des « clichés », au fur et à mesure. Parfois, une simple image va générer une séquence et, inversement, une situation en appellera de nouvelles. Ensuite, outre essayer d’écrire des histoires intéressantes, j’ai deux passions majeures : lire des livres et regarder des films… Donc finalement je ne bouge pas beaucoup ! Et mes goûts sont très éclectiques. Aussi serait-il trop long de les développer ici... Cyril Bonin : Je suis né et j’ai vécu les 18 premières années de ma vie à Montceau-les-mines, en Bourgogne. J’ai commencé à réaliser mes premières bandes dessinées à l’âge de 11 ans. C’était un moyen pour moi de prolonger le plaisir de mes lectures (De la BD franco-belge, mais surtout, beaucoup de comics américains). Assez vite, vers 13 ans, j’ai décidé d’en faire mon métier. Tout mon temps libre, toute mon attention, tous mes efforts furent dès lors tournés vers ça. Après le bac, je suis entré en année probatoire aux beaux-arts de Mâcon, puis j’ai suivi une spécialisation en illustration aux arts-déco de Strasbourg. J’ai finalement achevé ma formation par un DESS en images de synthèses. Par contre, je suis quelqu’un qui « bouge » peu dans la vie. Mes voyages sont surtout intérieurs. Donc, en tant que sédentaire, ce qui me nourrit, ce sont mes lectures (Boris Vian, A Nothomb, Paul Auster, Marcel Aymé …) la musique (En vrac : Gainsbourg, Daho, Chet Baker, AIR, de l’électro, du Jazz, du classique…). Mais je suis surtout un cinéphile. Mon père m’a refilé le virus quand j’étais petit et j’ai été nourri au « cinéma de minuit » de Patrick Brion et au « cinéclub » de Claude Jean-Philippe. Mes cinéastes de prédilection sont Billy Wilder, Frank Capra, Mankiewicz, Marcel Carné, Alfred Hitchcock, les frères Coen…    Comment vous est venue l'idée de cette histoire ? Vient-elle de Laurent, de Cyril, des deux ensemble ?    Laurent Galandon : C’est une histoire que j’avais entièrement écrite avant même de rencontrer Cyril, qui – à ma grande joie et plus encore aujourd’hui au regard de l’album achevé – s’est trouvé disponible. Les « Tsiganes » et les « Mineurs » sont deux univers archétypaux très forts que je souhaitais traiter. Et puis, sans être capable d’expliquer l’élément déclencheur, il m’a semblé que leur croisement pourrait être intéressant. Que pouvait-il se passer entre des personnages sédentaires et particulièrement attachés à leur travail et leur environnement et les éternels voyageurs que sont les Tsiganes (du moins tels qu’ils sont ici) ? J’ai rapidement été convaincu d’avoir là le terreau pour une bonne histoire. Cyril Bonin : L’idée vient de Laurent. Mais j’ai tout de suite été séduit par cette histoire et je l’ai prise à bras le corps.    Pourquoi cette histoire, ce milieu, les tsiganes, cette époque    Laurent Galandon : L’univers des Tsiganes est fascinant ! Omniprésents dans toutes les sociétés occidentales, ils font rêver (leur indéfectible liberté ; leur itinérance permanente) et pourtant leur mode de vie « inquiète » tant il est détaché de aspirations classiques des « sédentaires ». Et, l’inquiétude provoque la peur ; et la peur, la violence. Situer l’histoire au début du 20ème siècle permettait d’une part d’aborder les mineurs de manière fortement référencé (Germinal !) et d’autre part de rendre plus crédible la dimension fantastique de l’histoire : la peur du fantôme ! Cyril Bonin : Quand Laurent m’a proposé cette histoire, j’ai tout de suite été attiré par cette confrontation de deux univers, l’un sédentaire, extrêmement attaché à la terre et l’autre nomade, transportant ses racines avec lui. Le scénario a aussitôt suscité en moi des images aux couleurs contrastées. Et puis, c’était l’occasion de sortir du luxe des salons de l’aristocratie londonienne à laquelle j’étais habitué dans Fog (chez Casterman).    (...)    Comment avez-vous travaillé ensemble ?    Laurent Galandon : De manière assez traditionnelle, je pense. J’avais fait un découpage dialogué que j’ai envoyé à Cyril. Il m’envoyait les planches régulièrement. Et comme Cyril est particulièrement doué et inspiré, il n’y avait quasiment jamais rien à redire ! Je crois que les doigts d’une main suffiraient pour comptabiliser les points sur lesquels nous sommes revenus. Cyril Bonin : C’est peut-être le monde moderne qui veut ça, mais nous avons surtout travaillé à distance. Laurent a pris contact avec moi par mon site internet. Nous avons ensuite communiqué par mail et par téléphone. Finalement, à ce jour, nous ne nous sommes vu qu’une seule fois, alors que j’avais terminé le dessin des planches et que j’allais commencer la couleur. Néanmoins, notre collaboration a été des plus harmonieuses. En fait, nous avons été sur la même longueur d’onde du début à la fin. Et puis, Laurent est quelqu’un de très ouvert et nous avons beaucoup échangé. Même si les sujets que nous souhaitons traiter diffèrent parfois, nous avons la même conception du travail d’auteur.    Dessin: comment vous y êtes-vous pris pour recréer l'atmosphère de l'époque ? De quelles gueules (il y en a de belles) vous êtes-vous inspirés ? Et les couleurs (je n'ai que des copies), c'est vous qui les avez faites ou pas ? Par ordi ou en direct ?    Cyril Bonin : Au départ, Laurent m’a fourni des images qu’il avait piochées sur internet. J’ai bien sûr visionné le « Germinal » de Claude Berri sur les conseils de Laurent (idéal pour les décors et les mœurs), ainsi que le « Temps des gitans » de Kusturica (hélas, trop contemporain). J’ai ensuite complété cette base par quelques recherches personnelles et l’achat de bouquins (sur les tsiganes notamment). Pour les « gueules », mis à part celle d’André Mortier, qui est inspirée de l’un des acteurs de « Germinal », toutes les autres sont des créations pures. Néanmoins, la période où se situe l’action n’est pas si éloignée du 19ème auquel je suis habitué. Les vêtements et les coupes de cheveux n’ont pas beaucoup changé depuis et j’ai beaucoup de documentation sur le sujet. Je réalise toujours la mise en couleur, car pour moi, l’image est un tout et j’ai une vision assez précise de ce que je veux. Et puis surtout, j’ai un tel plaisir à le faire que je n’arrive pas à déléguer. La mise en couleur est faite sur Photoshop. Comme toujours, j’ai essayé d’avoir une gamme colorée restreinte, sans trop de détails afin de privilégier l’ambiance et de faire la part belle au trait. Il y a beaucoup de scènes de nuit et je me suis efforcé de les traiter différemment à chaque fois. Parfois, la couleur des personnages est simplement filtrée en bleu, parfois la lumière sur les personnages est bleue alors que les ombres restent colorées mais assombries, ou réchauffées…Bref, c’est une vraie cuisine. Comme je ne souhaite pas me laisser enfermer dans un style, je m’efforce de faire évoluer mon dessin d’album en album. Ici, tout en restant dans un registre semi-réaliste, j’ai surtout cherché à épurer mon trait, à ne pas me perdre dans les détails pour trouver un équilibre… une harmonie.    Scénario: de quelle façon vous êtes-vous documenté (ITW, Internet, bibliothèque)    Laurent Galandon : Comme pour toutes mes histoires, avant la rédaction de la première ligne, je me plonge d’abord dans des lectures de romans, d’essais ou d’études portant sur le sujet que je souhaite développer. Les éventuels films ou documentaires ne viennent que dans un second temps – quand la trame de l’histoire est déjà bien tracée - probablement parce que l’image possède un « pouvoir d’influence » plus (ou trop ?) fort chez moi. Cette étape de recherche et d’imprégnation est également l’occasion de réunir quelques éléments iconographiques que j’ai proposés à Cyril. En guise d’anecdote, j’ai également investi pour ce scénario dans un ouvrage assez ésotérique portant sur la magie tsigane, type d’ouvrage que vous ne trouvez qu’en vous rendant sur des sites spécialisés…    (...)    Croyez-vous aux fantômes ? A la vie après la mort ? Etes-vous, l'un ou l'autre ou les 2, sensibles à ces sujets ? Si oui, développez un peu…    Laurent Galandon : Je ne crois ni aux fantômes (mais je ne le crie pas trop fort dans le cas où ils voudraient me prouver le contraire), ni à une vie après la mort (mais je suis preneur si je peux la choisir). Par contre la mort m’ « intéresse » ou plus précisément les sentiments et les actes qu’elle est susceptible d’engendrer chez les vivants : peur, ressenti, tristesse (ou joie) rancune, envie vengeance, sensation d’abandon etc. Autant d’émotions qui nourrissent les personnages. Cyril Bonin : Je ne crois ni aux fantômes, ni à la vie après la mort, mais j’aimerais y croire. Pour l’instant, je suis plutôt agnostique. Je crois en quelque chose, mais je ne sais pas en quoi. Néanmoins, lorsque l’on dit que rien ne se crée et que tout se transforme, j’entends aussi que rien ne disparaît totalement. Alors, pourquoi pas les âmes ?...Au-delà de ça, je crois au lien invisible qui nous relie à ceux qui ne sont plus là.    (...)    Que privilégiez-vous ? One-shot ou un jour vous embarquerez-vous dans une série ?    Laurent Galandon : A ce jour, je ne pose pas la question de cette manière. J’écris une histoire qui me plaît avec un début, un milieu et une fin. Ensuite je m’interroge (parfois avec l’éditeur) sur la forme qu’elle pourrait prendre et si elle pourrait donner lieu à une suite pertinente. Ce qui est certain, c’est que je n’en ai pas fini avec l’univers des Tsiganes et que j’y reviendrai avec de nouvelles histoires…  Cyril Bonin : Eh bien je n’ai pas d’à priori. Mais les thèmes que j’ai envie d’aborder sont si variés que j’ai un peu de mal à envisager une série pour l’instant. Je prépare donc en ce moment un récit en deux tomes pour Dargaud. Il s’agit d’une comédie policière qui marche sur les traces d’Arsène Lupin et qui se déroule dans la banlieue de Paris en 1910. Ainsi qu’une adaptation d’un roman de Marcel Aymé chez Futuropolis en one-shot qui se déroulera en 1950. Ces deux projets seront traités dans un registre de dessin moins réaliste que ce que je fais habituellement, le ton sera plus léger… et le dessin aussi.    Pour lire l'intégralité de l'interview ou en savoir plus sur Quand souffle le vent, rendez vous sur le blog de Cyril Bonin http://cyrilbonin.blogspot.com/ ou sur le blog de Laurent Galandon http://workinprogresslg.blogspot.com/      Propos recueillis par Corine Jamar  www.dargaud.com

Suivez Dargaud sur

facebook twitter youtube rss