C.R.S = Détresse Tome 1 - C.R.S = Détresse

Pagination 46 pages
Format 227x298
EAN 9782205041224
Genre
  • Humour
Public
  • Tous Publics - Famille

Résumé C.R.S = Détresse tome 1

Un CRS héros de BD, c'est une grande première.

Eugène Lacrymo a 25 ans de métier, c'est-à-dire qu'entre autres castagnes glorieuses, il a fait 68 et en conçoit une certaine nostalgie. Au moins, les choses étaient claires : il y avait les gauchistes et les anars. Maintenant, le panel s'est élargi. Remarquez, ça lui permet de faire des comparaisons : par exemple, sur le plan coriacité, les métallurgistes ne valent pas les sidérurgistes lorrains. Mai 68, ce n'est pas seulement les manifs, c'est son mariage avec Simone - 25 ans de fidélité - et la conception, entre deux barricades, d'un fiston baptisé Gédéon.

Eugène Lacrymo aime son métier. Il lui arrive de courser les manifestants jusque sur leur lit d'hôpital, et s'il donne une carte de séjour à un immigré, ce n'est que dans un cauchemar dû à l'abus de chipolatas. Le reste du temps, il empile les bavures.

Une parodie complètement délirante qui fera plaisir à tous ceux qui ont un jour assisté à une manif - de près, de plus loin, ou à la télé...

Pagination. 46 pages
Format. 227x298
EAN. 9782205041224

Résumé C.R.S = Détresse tome 1

Un CRS héros de BD, c'est une grande première.

Eugène Lacrymo a 25 ans de métier, c'est-à-dire qu'entre autres castagnes glorieuses, il a fait 68 et en conçoit une certaine nostalgie. Au moins, les choses étaient claires : il y avait les gauchistes et les anars. Maintenant, le panel s'est élargi. Remarquez, ça lui permet de faire des comparaisons : par exemple, sur le plan coriacité, les métallurgistes ne valent pas les sidérurgistes lorrains. Mai 68, ce n'est pas seulement les manifs, c'est son mariage avec Simone - 25 ans de fidélité - et la conception, entre deux barricades, d'un fiston baptisé Gédéon.

Eugène Lacrymo aime son métier. Il lui arrive de courser les manifestants jusque sur leur lit d'hôpital, et s'il donne une carte de séjour à un immigré, ce n'est que dans un cauchemar dû à l'abus de chipolatas. Le reste du temps, il empile les bavures.

Une parodie complètement délirante qui fera plaisir à tous ceux qui ont un jour assisté à une manif - de près, de plus loin, ou à la télé...