Raymond Khoury

Raymond Khoury
Scénariste

Biographie de Raymond Khoury

Lorsqu'éclate, en 1975, la guerre civile, Raymond Khoury quitte son Liban natal pour s'installer aux États-Unis. Il y retourne deux ans plus tard pour mener ses études d'architecture. Il décroche son diplôme, mais la guerre s'intensifie, et il doit repartir à l'étranger, cette fois pour étudier la finance à l'INSEAD en France.

Après une brève – mais ennuyante – carrière dans le monde des affaires, à Londres, il se lance dans l'écriture de scénarios (notamment celui de la célèbre série "MI-5"). Il s'attelle ensuite à la rédaction de son premier roman, "Le Dernier templier" (Presse de la cité, 2006), une histoire adaptée d'un de ses premiers scénarios de film. Le roman connaît un succès planétaire... comme tous ceux qui suivront

Grand lecteur de bandes dessinée depuis toujours, Raymond Khoury se rapproche de cet art en adaptant ses propres romans, notamment avec le dessinateur Miguel Lalor pour "Le dernier templier" (Dargaud, 2009). Une suite, dessinée par Bruno Rocco, sort en 2014.

Recevoir les alertes
Raymond Khoury
(sorties, nouveautés, news)

Bibliographie de Raymond Khoury

Dernier Templier (Le) - Saison 1
4 tomes
Série en cours
Dernier Templier (Le) - Saison 2
2 tomes
Série en cours
Toute la bibliographie

Articles et actualités

Interviews

Interview de Raymond Khoury

 Le Dernier Templier est l'adaptation du best-seller mondial de Raymond Khoury. L'auteur nous en dit un peu plus...    Comment est née l’idée d’adapter votre roman en bande dessinée ?    Je suis un fan et un collectionneur de BD depuis ma jeunesse. A Beyrouth, mes amis et moi, on attendait impatiemment la sortie de l’école chaque jeudi pour récupérer les derniers Spirou et Pilote. Lors de visites à Paris, je passais des heures à fouiner chez les bouquinistes à la recherche d’albums épuisés comme Jean Valhardi et Jerry Spring. Cette passion pour la BD a naturellement joué dans ma carrière de scénariste de films, où j’ai pris contact avec quelques éditeurs et quelques auteurs avec l’idée d’essayer de monter des long-métrages à Hollywood à partir de leurs histoires qui sont totalement méconnues là-bas. C’etait donc tout à fait naturel de rêver d’adapter mon scénario/roman du Dernier Templier en BD. Et puis j’ai eu la chance de rencontrer Jean-Christophe Delpierre, on a pris notre temps pour trouver un artiste d’exception, et nous voici deux ans plus tard avec ce superbe tome 1…    Quel a été votre travail sur cette adaptation ? Comment avez-vous collaboré avec Miguel Lalor et les éditions Dargaud ?    Comme j’habite à Londres, c’est assez facile pour moi de sauter dans l'Eurostar pour voir Miguel et nos amis chez Dargaud. Au départ, il s’agissait de découper mon roman en plusieurs parties, voir où commencerait et finirait chaque tome. Ensuite, il fallait re-visiter le roman (et le scénario que j’avais écrit avant) en détail avec Miguel, chapitre par chapitre, scène par scène, et voir s’il y avait des scènes ‘internes’ qu’on pourrait ajouter, des parties qu’on pourrait raconter plus visuellement. Miguel avait plein d’idées concernant cet aspect visuel de l’histoire, et en lisant la BD c’est clair qu’en fait il a ajouté pleins de nouveaux éléments visuels qui explosent véritablement sur la page.    Quelle a été votre réaction quand vous avez découvert les premières planches encrées et en couleurs ?    Les premières planches que j’ai vu encrées, c’était les planches du raid du musée, Miguel m’avait rejoint dans un restaurant à côté de la gare du Nord, je venais d’arriver, et c’était un moment fabuleux pour moi, tenir ces planches splendides en main, voir les scènes que j’avais déjà imaginées dans ma tête prendre forme comme ça. En plus, je collectionne les planches originales, étant architecte et ayant illustré moi-même (pas très bien) des livres d’école pour Oxford University Press quand j’étais à l’université, j’ai une appréciation spéciale pour l’art du dessin, donc c’est un plaisir particulier pour moi de voir ça. Et les belles surprises ne s’arrêtaient pas, de planche en planche, puis avec les couleurs. Je suis super-épaté par le résultat, Miguel est en train de faire un travail fabuleux.    Comment s’est passé le processus de recherche pour la couverture ? Quelles sont ses qualités selon vous ?    C’était bizarrement simple, en fait. Miguel m’avait envoyé deux sketches crayonnés d’idées pour cette couverture, l’un des deux avait un chevalier un peu mystérieux planté devant le skyline de Manhattan la nuit, j’avais beaucoup aimé, je sentais que c’était la bonne direction. Puis, totalement inattendu, même pas une semaine plus tard, je recois un email avec cette couverture, peinte, finie… et franchement, j’étais aplati. J’ADORE cette couverture, je la trouve extraordinaire. Elle évoque parfaitement l’ambiance de ce premier tome, graphiquement elle est parfaitement accomplie… je l’adore.    Lisez-vous toujours des bandes dessinées ? Quels derniers albums avez-vous lu et vous ont marqué ? Quelles sont vos auteurs « de référence » ?    Je peux lire et relire Blueberry, les Dingodossiers et la Rubrique-à-brac, tout de Franquin et de Goscinny, et l’Incal… Plus récemment : je pense que W.E.S.T. est d’une très grande qualité, les planches en couleurs directes de Rossi sont splendides et le scénario ne déçoit jamais. De même pour Marini, avec le Scorpion que je lis avec assiduité depuis qu’il est sorti, et Matthieu Lauffray avec son nouveau Long John Silver. Tramp est excellent, de même pour Alpha. J’aimais beaucoup Dallas Barr, dommage que la série soit terminée. Et, bien sûr, Largo Winch – Van Hamme est toujours impressionnant, mais dans le dernier cycle, que j’ai lu dans l’édition ‘grand format,’ Philippe Francq est même plus époustouflant qu’avant, ses planches sont simplement ahurissantes, je trouve ça incroyablement bien réussi.    Que peut-on vous souhaiter pour 2009 ?    Une bonne réception du tome 1, bien sûr. Mon 3ème roman sort en mai, il s’intitule The Sign en anglais, je ne suis pas sûr du titre français, je pense qu’il sortira en France en automne avec le pocket d’Eternalis. J’en suis super fier. Et puis, comme dirait l’inspecteur Charolles… «En route vers de nouvelles aventures » avec mes amis chez Dargaud !    Propos recueillis par Delphine Bonardi www.dargaud.com