Le Mag


Et si nos héros avaient vieilli ?

 

Interviews

Les grands héros de BD, nos amis de toujours, phares de notre enfance, propagateurs de nos premières joies, initiateurs de nos rêves, sont plus que jamais présents. Et pourtant, si nos chers héros avaient vieilli ? Didier Convard et André Juillard ont ainsi imaginé des héros de BD au crépuscule de leur vie. C’est le thème de cette nouvelle collection, “Le Dernier chapitre”, présentée par ses auteurs.Comment est parti ce projet un peu fou ?Un jour où nous étions tristes, Didier Christmann et moi, nous devisions sur l’âge, le temps qui passe. J’eus quelques jours après l’idée de dessiner notre héros favori, Tintin, vieux, assis, regardant la photo souvenir de Milou. J’avais déjà pensé au fait que des héros pouvaient vieillir avec nous… Didier Christmann, à qui j’ai envoyé mon dessin, m’a rappelé aussitôt après l’avoir reçu en me proposant, très enthousiaste, de créer une collection chez Dargaud sur des héros de BD mythiques au crépuscule de leur vie. Nous étions fous de joie à cette idée et, pour illustrer le projet, nous avons immédiatement pensé à André Juillard, que nous savions très occupé mais qui a dit oui sans réserve.Une collection para-BD, c’est plutôt rare, non ?Quand des héros comme Blake & Mortimer ou Barbe Rouge sont déjà mythiques, il devient tentant de les faire sortir de leurs cases. On a aussi envie de leur donner notre émotion. Mais est-ce du para-BD ou du roman ? Je pense qu’il s’agit ici plutôt de livres d’images. “Le Dernier chapitre” est une collection qui correspond aussi à un type de livres que nous aimons, André et moi : ces livres que nous lisions autrefois, avec ces grandes images à droite accompagnées d’un texte à gauche.Quelle a été votre principale motivation ?Deux choses m’ont véritablement motivé. La première c’était de travailler avec André. Nous nous connaissons depuis longtemps, nous avons collaboré aux mêmes journaux, nous avons travaillé à la même table pendant des années… C’est un vrai travail d’amitié. D’autre part la nostalgie qu’engendrent ces héros de BD a été une source de motivation supplémentaire. Le temps a passé pour les héros, pour les auteurs aussi ! J’ai tenté de retrouver cette émotion, cette pointe de nostalgie en restituant cette joie de vivre que l’on trouvait dans ces séries. Amitié, souvenir et tendresse, quoi !Ces livres sont-ils d’authentiques hommages ?C’est évident. Nous rendons hommage à de grands auteurs – qui ont fait ce que l’on est devenus, André et moi. A la limite on commence dans l’ordre en prenant nos “grands-pères” (Jacobs, Peyo, Forton), nos tontons (Charlier, Hubinon) puis nos grands frères (Mézières, Giraud, etc.).Quel est l’apport évident d’André Juillard dans cette collection ?André ne se contente pas d’illustrer, de faire du beau dessin. Ses dessins racontent. Ils racontent ce que j’écris bien sûr mais en rajoutant toujours quelque chose. C’est cette poésie qui m’impressionne dans son dessin. Regardez bien le livre sur Barbe-Rouge, par exemple : les illustrations d’André sont silencieuses mais racontent déjà une histoire. Dans le livre sur Blake & Mortimer il a surtout réussi à rajouter une pointe de nostalgie. Un jour, André m’avait fait un compliment dans une interview en me qualifiant de “romantique”. Il en est un autre ! C’est quelqu’un de sincère, franc, honnête. Il a en plus ce talent évident grâce à son éternelle curiosité, en gardant cet œil de “jeune dessinateur”. Il ne se contente pas de “faire du Juillard”.D’autres le font pour lui…Oui… Lui continue de faire plus que du Juillard !Combien de titres sont prévus et quels sont les personnages que vous allez ainsi faire vieillir ?Huit titres sont prévus dont Johan & Pirlouit, Valérian & Laureline, Blueberry et, peut-être, Les Pieds nickelés.Pas de Tintin & Haddock ?Je l’ai rédigé. J’ai même le titre : L’Ombre d’or. Mais, problème, jusqu’à présent on nous a refusé l’autorisation. J’espère que lorsque la Fondation Hergé aura compris qu’il s’agit bien d’un hommage et non d’une parodie, nous pourrons le publier.Cette collection va faire du bruit : comment la percevez-vous ?Je souhaite que “Le Dernier chapitre” s’étende au-delà des simples lecteurs de bande dessinée. Encore une fois il s’agit d’hommages à des séries que nous aimons. J’espère que les lecteurs auront ce même bonheur à lire que nous avons eu à réaliser ces séries. Nous sommes à la fin janvier et, déjà, j’ai eu l’occasion d’écouter une émission de Laurent Ruquier sur France Inter qui, ayant appris que nous allions vieillir des héros de BD, a décliné l’idée à la radio !Et Chats ?Ça y est, le quatrième tome paraît en mars ! Je n’ai pas envie d’attendre trois ans pour la suite, j’ai vraiment l’espoir de sortir ce cinquième titre rapidement. Je sais, à travers les dédicaces, que Chats est bien accueilli mais je sais aussi qu’une série sans nouveauté est une série qui s’endort.La devise de Didier Convard ?Espérer le matin quand on se lève, ne jamais désespérer quand on se couche !FLB

Retrouvez-nous sur facebook

Suivez Dargaud sur

facebook twitter youtube rss