Le Mag


Tyler Cross, un retour qui va faire du bruit

Welcome to Miami... Interview de Fabien Nury (extrait du Dargaud le Mag)

Actualités Tyler Cross, un retour qui va faire du bruit

Les amateurs de polar noir, du talent scénaristique de Fabien Nury, du travail toujours plus bluffant du dessinateur Brüno... Une grande nouvelle ! L'impitoyable Tyler Cross revient fin mars pour un nouvel opus, en Floride. Ses mafieux, ses combines, ses losers en chemisette : visite guidée avec son scénariste. (Extrait de l'interview de Fabien Nury pour Dargaud Le Mag n°22 - à retrouver en librairie le 2/02)

Après l’Ouest redneck, un pénitencier dans le bayou, Tyler Cross retrouve enfin la civilisation avec ce troisième tome à Miami. Est-ce à dire que cette aventure sera plus policée ?
Les deux premiers tomes contenaient de nombreux éléments de western. Celui-ci se développe dans un univers plus moderne, et relève du pur « roman criminel ». Miami est un lieu a priori plus attrayant, plus sexy que les univers barbares des deux précédents. Mais derrière la façade clinquante, l’arrière-cour est sordide : ce monde est mensonger. C’est tout le propos du livre, de montrer l’envers du décor, les nombreux cadavres dissimulés dans les fondations de ce paradis touristique. Sea, sex and sun en surface. Béton, chantage et pognon en profondeur.

Il y a à première vue plus d’intrigues, et moins de massacres dans Miami. Mais, à seconde vue, n’est-ce pas le plus noir des trois épisodes ?
Le premier ne faisait effectivement pas dans le détail, avec les figurants ! Mais il y avait déjà peu de morts, en réalité, dès le tome 2. Cela dit, « moins de morts » ne veut pas dire moins de violence : tout est dans la manière...
Mais c’est vrai : ce nouvel album est très noir, et certainement plus complexe que les précédents. Les personnages sont sans doute plus variés, et ils ont souvent deux visages : ils mentent, trahissent et manipulent, alors qu’au bagne, on était plus adepte de l’intimidation brutale.
Tyler lui-même s’adapte vite à ces nouvelles règles : à certains moments, il devient (presque) sociable. Mais en dernier recours, bien sûr, on en revient aux bonnes vieilles méthodes. On ne négocie plus, on élimine.

Les deux premiers albums étaient très cinématographiques avec de nombreuses références aux films de l’âge d’or hollywoodien. Ici, l’ambiance semble plus « littéraire », non ?
Pas vraiment… Les premiers étaient déjà très littéraires. Mais comme il y a plein de cases en cinémascope, les gens pensent tout de suite
« cinéma »… En fait, le polar floridien est un genre à part entière, qui possède ses maîtres, comme John D. MacDonald. Pour ceux que ça intéresse, j’ai essayé d’en dresser un aperçu non exhaustif, en bonus de l’édition noir et blanc.
Côté films, on est allé voir dans les sixties, du Point de non-retour, de Tony Rome est dangereux et du giallo (le thriller italien), pour affiner notre style de découpage. Mais il y a toujours plein de références, littéraires ou cinématographiques, dans Tyler Cross : ce n’est pas l’histoire des USA qui nous intéresse ici, mais plutôt celle de leur mythologie.

(La suite de l'interview le 2/02 dans Dargaud Le Mag n°22)

Et retrouvez Tyler Cross en librairie le 23 mars 2018

album lié à l'actualité

Retrouvez-nous sur facebook

Suivez Dargaud sur

facebook twitter youtube rss