Le Mag


Sélection officielle Angoulême 2012

Sélection officielle Angoulême 2012

Découvrez tous les albums Dargaud de la sélection officielle 2012 du 39ème Festival d'Angoulême

Sélection officielle Angoulême 2012 Sélection officielle Angoulême 2012

Valérian vu par Larcenet – L’armure du Jakolass

Résumé : Avec L’OuvreTemps, nous avions quitté Valerian redevenu enfant dans les rues de Paris. On le retrouve accoudé au comptoir, le clope au bec, dégarni, hirsute et bedonnant. Entre les deux, un cataclysme, un accident majeur dans le continuum espace temps. Mézières et Christin, après quarante ans et vingt-deux albums, ont décidé de clore la série. Mais les vrais héros ne mourant jamais, certains auteurs, triés sur le volet, pourront, avec la bénédiction des deux créateurs, écrire leur propre aventure de Valérian et Laureline.
Une seule condition : que l’album ne soit pas une simple déclinaison, comme il y en a beaucoup, mais une « revisitation » originale dans le style propre de l’auteur. Et même un album exceptionnel dans tous les sens du terme. C’est le cas avec ce premier opus signé par Manu Larcenet, croisement improbable et hautement jubilatoire entre Les Oiseaux du maître et Bill Baroud, un sommet d’humour décalé pour un album indispensable.

L’avis des journalistes :

Thierry Bellefroid – RTBF « (…) un album exceptionnel dans tous les sens du terme. (…) ce premier opus signé par Manu Larcenet, croisement improbable et hautement jubilatoire entre Les Oiseaux du maître et Bill Baroud, un sommet d’humour décalé pour un album indispensable. »

Eric Loret – Libération « Avec une débauche graphique qui le place loin par delà la galaxie BD courante, Larcenet réussit un album foisonnant, absurde, scrutateur de la mesquinerie humaine, hilarant (pas besoin de le mentionner) (…) Avec, en guest-étoiles, des interventions de Lindingre, Trondheim ou Florence Cestac… »

Philippe Belhache – Sud Ouest.fr « L’auteur du « Combat ordinaire », qui a fait une pause dans l’élaboration du sombre et dantesque « Blast », livre là un album drôle, impertinent et (finalement) respectueux du mythe, dont il se joue des codes. Du vrai Valérian avec de bons gros morceaux de Larcenet dedans. Un cocktail corsé, c’est le moins qu’on puisse dire. (…) Simplement jubilatoire. »

Retrouvez-nous sur facebook

Suivez Dargaud sur

facebook twitter youtube rss